imprimer

Typologie des SCPI

Il est possible d'opérer une distinction entre SCPI selon deux niveaux :

  • - par leur objectif de gestion (distribution de revenu régulier ou plus-value sur les ventes des parts)
  • - par les avantages fiscaux qu’elles présentent dans le cadre des dispositifs fiscaux mis en place par l'Etat.

On peut donc regrouper les SCPI en 2 catégories distinctes :

  • - Les SCPI Immobilier d'entreprise
  • - Les SCPI Immobilier résidentiel
Catégorie SCPICapitalisation (en M€)
au 31/12/2016
Nombre de SCPI
au 31/12/2016
Bureaux 28 732,2 35
Commerces 6 445,7 23
Specialisé 1 190,4 6
Diversifiés 3 073,2 20
Total immobilier d'entreprise 39 441,6
84
Immobilier résidentiel 4 082,7
94
Total 43 524,2
178

1 - Les SCPI Immobilier d'entreprise

Elles sont orientées vers la distribution de revenu régulier aux associés. On distingue parmi ces SCPI de rendement trois catégories d’après le patrimoine détenu :

  • - Les Bureaux
  • Cette catégorie est la plus représentative du secteur, elles sont spécialisées en immobilier d’entreprise. 70% du patrimoine est constitué de bureaux
  • - Les Commerces
  • Le patrimoine est principalement composé de commerces (de détail, « pieds d’immeuble », ou de plus grandes surfaces, petits centres commerciaux) 70% du patrimoine est constitué de commerces.
  • - Les Spécialisées
  • On regroupe sous cette appellation les SCPI investies principalement sur un secteur identifié : logistique, EHPAD, logement étudiant, etc. ;
  • - Les Diversifiées
  • Celles dont aucun type d’actif ne dépasse 70% du patrimoine.

2 - Les SCPI Immobilier résidentiel

Ces SCPI sont principalement investies en immobilier d'habitation, appartements et maisons individuelles, neufs ou à rénover.

Elles s’inscrivent dans des dispositifs législatifs et fiscaux dont les pouvoirs publics sont les initiateurs. Depuis plusieurs années, ces derniers ont souhaité soutenir le secteur du logement locatif, et les emplois induits par cette activité, grâce à des mesures de soutien fiscal.

Se sont ainsi succédé, au gré des gouvernements en place, les dispositifs "Malraux", "Méhaignerie", "Quilès-Méhaignerie", "Perissol", "Robien", "Borloo" et "Scellier". Ces différents dispositifs, présentant un intérêt fiscal pour l'investisseur, concernent l'investissement immobilier d'habitation locatif au sens large. Ils s'appliquent donc aux investissements immobiliers «en direct», mais aussi aux investissements collectifs comme les SCPI.

A ce jour, seules les SCPI "Malraux" et "Duflot" sont d’actualité et ouvertes à la souscription :

  • - les "SCPI Malraux" pour lesquelles il est autorisé de déduire du revenu global la plus grande partie du montant des travaux de rénovation des immeubles de logement locatif situés en secteur sauvegardé ;
  • - les "SCPI Duflot" : En 2013 adaptation du dispositif Duflot aux SCPI.

Rappelons que le placement en parts de SCPI est conseillé sur le long terme. En effet, le régime de la fiscalité immobilière incite à conserver des parts de SCPI sur une longue période, notamment afin de bénéficier de l'abattement annuel cumulatif sur la fiscalité des plus-values sur cessions de parts. En outre, le démembrement de propriété de parts de SCPI permet d'optimiser la fiscalité du nu-propriétaire tout en augmentant la rentabilité de l'usufruitier.

Dans le cadre d'une diversification du portefeuille d'épargne, le placement en parts de SCPI est de plus en plus évoqué comme un complément idéal de revenus, notamment dans l'optique de la retraite. Par son couple risque-rendement, il s'agit d'un placement complémentaire à celui des actions et des obligations.

 

Typologie des SCPI

Répartition quantitative

répartition quantitative

Répartition qualitative

répartition qualitative

Répartition par types d'actifs

répartition par types d'actifs

Répartition géographique

répartition géographique