imprimer

Notre place dans l'économie nationale

La contribution à l'épargne de long terme

Plus de 500.000 épargnants reçoivent environ un milliard €uros de revenus locatifs annuels de leurs placements dans des fonds immobiliers non cotés de droit français, principalement les SCPI à ce jour.

Des conditions d'investissement optimisées

  • - la gestion collective de l'investissement immobilier déléguée à une structure (société de gestion de portefeuille) professionnelle et agréée par l'AMF,
  • - la mutualisation des risques due à la multiplicité des locaux détenus par le fonds et des locataires qui les occupent,
  • - la possibilité d'accès à des marchés immobiliers nécessitant des mises de fonds qui dépassent les capacités d'investissement direct des particuliers,
  • - la souplesse dans l'investissement ou le désinvestissement qui peuvent être réalisés au rythme souhaité par l'épargnant.

Le bénéfice de l'investissement immobilier

  • - un placement de long ou très long terme : le taux de rotation annuel des parts sur le marché secondaire ne dépasse traditionnellement pas 2% du total
  • - une faible volatilité : pas de cotation boursière
  • - un outil de diversification de l'épargne des ménages, notamment dans l'optique d'un complément de revenus pour la retraite
  • - un rendement annuel élevé et pérenne (voir rendement des SCPI)

Une réponse aux besoins immobiliers de l'économie française

Estimation de la répartition de l'investissement immobilier en France par catégories d'acteurs

  • 23 milliards € d'actifs immobiliers (dont 17 pour les SCPI), soit 8,2 millions m² situés sur tout le territoire national.
  • 7 milliards € collectés en 2008

Pour les Professionnels

- Une offre de locaux adaptés
Aux entreprises, dont une part significative de PME/PMI françaises, ces fonds proposent partout en France une solution immobilière, appuyée sur une gestion professionnelle en bureaux, locaux d'activité, commerces et murs de magasins et entrepôts logistiques.

- Une source de financement immédiat
Le législateur fiscal encourage la cession des murs d'activité des entreprises à un véhicule de gestion spécialisé (dont les SCPI et les OCPI).
Il s'agit d'une source de financement immédiat pour les entreprises qui cèdent leurs locaux d'activité et qui peuvent se concentrer sur leur cœur de métier tout en continuant d'occuper les lieux.

La fiscalité à l'appui de l'externalisation immobilière

Jusqu'au 31 décembre 2011, un taux d'impôt sur les sociétés réduit (19%) est appliqué sur les plus-values constatées à l'occasion de la cession par les assujettis à l'IS d'immeubles et droits réels à des sociétés de type SCPI, OPCI ou foncières cotées en contrepartie d'un engagement de conservation par le cessionnaire desdits actifs de cinq ans (Code général des impôts, article 210 E).

Pour les particuliers

Les SCPI participent aux dispositifs fiscaux successifs d'incitation à l'investissement locatif (Méhaignerie, Besson, Perissol, Robien, Borloo, Scellier). Elles font bénéficier leurs porteurs et les marché de leurs qualités intrinsèques :
- en investissant dans des logements "familiaux" ;
- en achetant des logements dans des zones à demande locative effective et pérenne et en accompagnant l'investisseur jusqu'au terme de son placement.

Quel bilan pour les SCPI "fiscales au 31/12/2009" ?

  • 1,6 milliard € investi au total
  • 189 M€ collectés en 2007, 163 M€ en 2008, 489 M€ en 2009
  • surface totale de 541.000 m² construits, avec une surface moyenne de 76 m² par logement